Une Chevrolet Bel Air 1956 vendue sur LesPAC!
chevrolet-bel-air-56-lespac

Une Chevrolet Bel Air 1956 vendue sur LesPAC!

Complètement restaurée, cette Chevrolet Bel Air en fait tourner des têtes! Gagnante d’un premier prix lors de l’édition 2016 du Granby International de voitures anciennes, cette belle d’autrefois est mise en vente par son propriétaire qui en a pris soin comme la prunelle de ses yeux.

Voici l’histoire incroyable d’un rêve devenu réalité.

Un rêve de petit gars

Alors âgé de 4 ans, Olivier Latour reçoit une petite voiture Matchbox  en cadeau ; une Chevrolet Bel Air 1957. Instantanément, c’est le coup de foudre et le début d’une histoire d’amour qui s’est développée avec les années.

« Elle était noire avec des flammes sur le côté. Le moteur sortait par le capot. Je tripais sur cette voiture. À l’adolescence, j’ai dit à mon père : “Ce char-là, un jour je vais m’en acheter un!” », raconte-t-il.

Les années passent et Olivier Latour se documente sur la deuxième génération des Chevrolet Bel Air.

« Les 1955, 1956 et 1957 sont mes modèles favoris. J’ai toujours aimé cette voiture. J’ai voulu tout connaître à son sujet. Vers l’âge de 28 ans, j’ai vraiment commencé à chercher à m’en acheter une. »

Un rêve hors de portée

Malgré des recherches sur une base régulière, Olivier Latour ne trouve pas de voiture qui colle à son budget.

« Toutes les semaines, je faisais le tour de différents sites, dont LesPAC, pour essayer de trouver une Bel Air 1955, 1956 ou 1957. Il y avait trois cas de figure : les voitures restaurées à 100 %, hors de prix ; les modèles assez bien restaurés, encore hors budget pour moi, et les fromages suisses, c’est-à-dire, les modèles qui auraient demandé une restauration complète. Comme je ne suis pas mécanicien, ce n’était pas pour moi », explique M. Latour.

Le passionné met quelque peu son rêve en veilleuse jusqu’au jour où il tombe sur une annonce de l’Ontario.

« Après une journée difficile au travail, je me suis assis devant mon ordinateur et j’ai commencé à faire des recherches. C’est à ce moment-là que je l’ai vue. La carrosserie était belle, la peinture avait été refaite, ainsi que les freins à disque à l’avant pour supporter un moteur 350 de pick-up. J’ai appelé le vendeur qui a accepté de me la réserver sans acompte. Je suis descendu à Toronto avec ma conjointe pour aller la voir. Quand j’ai aperçu la voiture, j’ai dit : “C’est elle! Je n’y croyais pas encore.” »

Ah! que la route est belle

Une fois l’affaire conclue, Olivier Latour se met au volant de sa nouvelle voiture et conduit de Toronto à Granby.

« J’ai effectué 3 arrêts et je suis arrivé à bon port. Je n’en revenais pas de pouvoir la conduire sur une si longue distance. L’ancien propriétaire, qui travaille dans le monde des voitures, l’avait remis en parfaite état de marche . Par la suite, j’ai mis 2 ans à restaurer l’intérieur, notamment les freins arrière et la cage du moteur », affirme M. Latour.

Ses efforts ont été récompensés en 2016 lors du Granby International de voitures anciennes.

« J’ai gagné le premier prix dans la catégorie Véhicules modifiés 1950-1961 toutes marques confondues. J’étais très fier. Chaque fois que je sors avec ou que je participe à des expositions, les gens viennent me voir et me posent beaucoup de questions sur ma voiture. »

Au suivant

M. Latour était prêt à se départir de sa belle, mais pas à n’importe quel prix.

« Le prix que je demande est juste. Je ne suis pas vraiment négociable sur ce point. Je veux la vendre à la bonne personne. Je ne suis pas pressé de m’en départir. J’ai un monsieur qui revient de Floride en mars et qui est censé venir la voir. On verra. Je vendrai peut-être d’ici là », dit-il avec une pointe de nostalgie dans la voix, mais avec d’autres rêves pleins la tête.

« Des rêves de p’tit gars, j’en ai d’autres. J’envisage l’achat d’une Ford mustang 1969 un jour, alors je me dis que c’est un mal pour un bien! »

La Chevrolet Bel Air, qui tire son nom d’un quartier huppé de la ville de Los Angeles, fut produite de 1950 à 1981 durant sept générations différentes. Qui aura la chance de conduire cette beauté de deuxième génération?

Pour consulter tous les véhicules disponibles en seconde main sur LesPAC, cliquez ici.

Marie-Claude Veillette

Journaliste généraliste depuis 20 ans, Marie-Claude a travaillé tour à tour à la radio et à la télévision. Professionnelle ayant le souci du détail, elle est passionnée de communications et de marketing.

5 Commentaires

  • Claude Martin
    28 janvier 2019 12:59

    Mon père a eu une Chevrolet 58. Je me souviens que la transmission automatique avait 2 vitesses PRNDL.

  • REJEAN LAVERDIERE
    26 février 2019 09:17

    Ce vehicule me rappele de mon pere atteint de cancer avait accidenter son auto..je lui ai acheter une chevrolet 1958 bleu..usagé .avec une petite pension ne pouvait s`en acheter une autre ….Il était tellement content….. c`est un beau souvenir….

  • Roman
    26 février 2019 09:30

    C,est quoi ton prix Juste

  • Christian Gaudreault
    26 février 2019 11:59

    Mon père a eu c’est un pontiac 52, mais je connais et j’ai vu la Bel air 56-57-58.
    J’ai 70 ans.

  • Marie LesPAC
    27 février 2019 09:17

    Bonjour Roman!
    pour contacter le vendeur, il vous suffit de vous rendre sur l’annonce https://www.lespac.com/granby/vehicules-antiques-collection/chevrolet-belair-1956_52009909D0.jsa?
    Bonne journée

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire