Qui peut sauver l’icône du rock? | Blogue LesPAC

Qui peut sauver l’icône du rock?

Le monde du rock n’roll sera peut-être en berne d’ici quelques mois. Un communiqué de presse du PDG de la célèbre marque de guitare Gibson, Henry Juszkiewicz, a eu l’effet d’une bombe dans le monde de la musique. Il y annonce que l’entreprise, créé en 1902, est peut-être condamnée à mettre la clé sous la porte dans quelques mois.

Gibson, c’est la marque iconique de guitares.
Gibson, c’est un siècle de grattage de cordes sur les scènes du monde entier.
Gibson, c’est John Lennon, Elvis Presley, Jean Leloup, Steve Hill, Richard Séguin, Carlos Santana, Frank Zappa et des dizaines d’autres guitaristes de talents.

Une icône de 106 ans

Orville Gibson, jeune homme de 24 ans vivant dans le Michigan ouvre rapidement sa première petite boutique de luthier après quelques années de travail salarié. Son commerce était spécialisé particulièrement dans la mandoline, qu’il aimait beaucoup, mais proposait en complément des modèles de guitares acoustiques.

C’est en 1902 qu’il s’associe à des investisseurs privés pour créer l’entreprise Gibson Mandolin Guitar Manufacturing Co. Grâce à son talent et surtout à ses trouvailles, Orville Gibson est arrivé à fonder une entreprise solide et importante en Amérique et a élevé son nom au rang des grands hommes de l’histoire. Sa carrière au sein de l’entreprise jusqu’en 1909 fut une réussite et servit de base au prolongement de l’activité de son entreprise.

En 1924, Loar A. Lloyd fait son arrivée dans la compagnie, développe la Gibson L5 et invente la « truss rod2, cette tige en métal que l’on retrouve à l’intérieur du manche et qui sert à ajuster la courbure du manche.

En 1950, Les Paul, guitariste jazz, country et blues, a rejoint la compagnie et deux ans plus tard, la première Gibson Les Paul montée avec des micros P90 vit le jour. Par la suite, les sorties à succès se succèdent : la ES-335, la Flying V, la Explorer, la Firebird et bien d’autres encore.

En 1957, Gibson rachète la compagnie Epiphone qui était en difficulté financière. Elle deviendra la filiale de Gibson produisant des guitares de qualité à plus faible coût.

Dans les années 70, la compagnie construit une nouvelle usine à Memphis qui deviendra ensuite son siège social dans les années 80. Pendant cette période, considérée comme la moins bonne de l’histoire de Gibson, l’entreprise devient une filiale de Norlin Musical Instruments. On considère ainsi que les guitares construites entre 1974 et 1986 sous l’étiquette Norlin Era sont celles de moindre qualité et sont moins prisées sur le marché de l’usagé.

Quoi qu’il en soit, tout au long de son histoire, la marque a produit une large gamme de guitares toujours à la fine pointe de la qualité. Les luthiers de Gibson furent très inventifs et insufflèrent de nombreuses innovations marquantes. Depuis sa création, l’entreprise ne cessa de s’accroître et de se développer pour devenir la première et principale marque de guitare au monde.

Les Gibson célèbres

Des millions de guitares Gibson circulent aujourd’hui dans le monde entier. Certaines sont passées entre les mains de musiciens célèbres.

Dans les mains de Marty Mc Fly pour sa reprise de « Johnny B. Goode » dans la scène du bal du lycée dans l’incontournable film « Retour vers le futur ».

 

 

Et en 2011, c’est à l’occasion d’une vente aux enchères organisée par le légendaire Eric Clapton pour une œuvre de charité qu’un fan est ressorti heureux en se procurant la Gibson modèle 1948 de Clapton pour la modique somme de 83 000$!

La guitare Les Paul Gibson, connue sous le nom de « Black Beauty », a été vendue 335 500$ aux enchères. L’instrument à six cordes à l’accastillage doré, fabriqué en 1954, a servi de base pour les autres guitares Les Paul Gibson. Le nom de l’acheteur en 2015 n’a pas été révélé

La même année, la Gibson utilisée par John Lennon pour composer les chansons « She loves you » et « All my loving » s’est vendue pour 2.4 millions de dollars.

Et pour un prix beaucoup « plus raisonnable », un acheteur s’est offert, pour 334 000 dollars US, la Gibson d’Elvis Presley qu’il avait reçue en cadeau de la part de son père en 1969.

Alors comment une marque qui suscite les passions et engrange près d’un milliard de dollars en chiffres d’affaires annuels peut-elle être sur le point de fermer ses portes?

Une succession de mauvaises décisions

Ce n’est un mystère pour personne dans le milieu, Gibson traine un boulet de 375 millions de dollars en raison de mauvais placements commerciaux (rachat de marques de cinéma-maison, de casques d’écoute, d’enceintes dans le contexte d’un secteur en baisse). Et la fermeture de l’usine de Memphis, la revente de Baldwin Piano et les 17 millions récoltés il y a quelques mois ne suffisent pas à éponger cette dette colossale.

Désormais, le temps presse et cette dette devra être payée d’ici le début du mois d’août en raison de l’arrivée à échéance d’obligations.

Il ne reste que peu de solutions envisageables pour le PDG, Henry Juszkiewicz; considérer une renégociation d’échanges de dettes à échéance avec ses équipes ou abandonner une partie de ses propres capitaux en guise de paiement.

Et si vous dégotiez votre première Gibson sur LesPAC?

Peu d’entre nous ont le budget nécessaire pour s’offrir une Gibson ayant appartenu à une célébrité de la musique, mais il existe d’autres solutions pour s’offrir sa première Gibson : LesPAC. Saisissez l’occasion de vous faire plaisir et rendez-vous sur LesPAC en cliquant ici pour découvrir les guitares mises en vente par notre communauté.

Vous pourriez ainsi vous offrir une Gibson Epiphone Les Paul pour 340$ ou si vous venez de gagner à Loto Québec, pourquoi pas vous offrir l’édition DeLuxe de 1969 de la Gibson Les Paul pour 10 000$?

Rendez-vous sur LesPAC en cliquant ici pour consulter toutes les annonces de guitares disponibles.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire