Comment négocier le prix d’un logement ?
Comment négocier le prix de son logement

Comment négocier le prix d’un logement ?

Avec la rareté de logements dans plusieurs villes du Québec, il est difficile de négocier à la baisse le prix des mensualités. À Montréal, le taux d’inoccupation est de 1,5 %, soit le plus bas taux en 15 ans et la situation n’est guère plus reluisante en banlieue (1,2 %). À Gatineau, Drummondville et Québec, les propriétaires ont également la belle part avec des taux d’inoccupation très faibles et la situation n’est pas plus rose pour les locataires en Abitibi. Heureusement, il existe tout de même certaines astuces pour obtenir l’appartement que vous convoitez avec peut-être un petit bonus en prime!

1 – Se présenter sous son meilleur jour

Dans un marché où il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande, vous devez vous démarquer du lot et faire valoir vos points forts au propriétaire. Un peu comme si vous passiez une entrevue, dès le premier contact, soyez courtois. Lors du rendez-vous pour visiter l’appartement, présentez-vous sous votre meilleur jour, et si possible, amenez des références d’anciens propriétaires. Si vous avez une bonne cote de crédit et un emploi stable, mentionnez-le. Mettez-vous dans la peau du propriétaire et soulignez les points que vous voudriez entendre si la situation était inversée. Si vous êtes non-fumeur, que vous êtes quelqu’un de rangé, de propre et de respectueux, le propriétaire sera plus enclin à vous louer son appartement, et peut-être même à consentir à une baisse de prix.  

2 – Agir rapidement et se renseigner sur le marché locatif

Dans un contexte où il y a peu de logements vacants ou que le logement que vous convoitez est plus que parfait pour vos besoins, agissez rapidement. Contactez le propriétaire et essayez d’obtenir un rendez-vous pour le visiter dès que possible. Entretemps, renseignez-vous sur l’état du marché. Quel est le prix mensuel moyen pour un appartement du même genre dans un quartier donné ? Vous pouvez faire des recherches en ligne sur LesPAC ou, si possible, essayer de vous informer auprès des locataires de l’immeuble ou des immeubles avoisinants.

3 – Demander depuis quand l’appartement est libre

Avec la pénurie de logements, certains propriétaires attendent le bon locataire. Par conséquent, un logement peut rester vacant plusieurs semaines. Il est donc bon de vérifier la date où l’appartement a été mis en ligne sur LesPAC. Si l’appartement est libre depuis plus d’un mois, et que vous faites vos démarches en fin de mois, le propriétaire sera peut-être plus enclin à vous le louer à un bon prix si vous le mettez en confiance et que vous êtes prêt à signer le bail rapidement.

4 – Avoir l’œil ouvert

Lors de votre visite des lieux, attardez-vous aux détails. Est-ce que l’appartement est propre? Est-ce que les pièces auraient besoin d’être rafraîchies (peinture, couvre-plancher, plomberie, fenêtres, etc.) ? Soyez alerte. Si vous n’arrivez pas à faire baisser le prix du loyer, vous pourriez convaincre le propriétaire de le mettre à votre goût en fonction des points faibles que vous aurez identifiés ou lui demander s’il sera disposé à vous offrir un petit bonus comme un espace de stationnement ou un espace de rangement supplémentaire.

5 – Mettre du sien

Comme dans bien des situations de la vie courante, c’est souvent du donnant-donnant. Pour que le propriétaire accepte de vous octroyer une baisse de prix, vous pourriez le convaincre en lui disant que vous allez faire les travaux vous-même s’il vous fournit les matériaux. Pour obtenir une baisse plus substantielle de vos mensualités, vous pourriez même lui offrir de signer un bail de 2 ans. Chaque propriétaire est différent. Prenez le temps de discuter à lui pour déterminer quels sont ses critères de choix et en apprendre plus sur sa personnalité.

Si jamais vous ne vous sentez pas capable de négocier, vous pouvez toujours faire appel à un courtier immobilier. Les courtiers qui se consacrent à la location sont plutôt rares. La rémunération pour ce type de service équivaut généralement à un mois de loyer et les mandats de location souvent des loyers dont la mensualité s’élève à 1500 $ ou plus.

Rendez-vous sur LesPAC en cliquant ici pour consulter les logements à louer dans votre région.

Source statistiques : https://www.ledevoir.com/societe/transports-urbanisme/570867/la-rarete-du-logement-a-montreal-s-aggrave

Marie-Claude Veillette

Journaliste généraliste depuis 20 ans, Marie-Claude a travaillé tour à tour à la radio et à la télévision. Professionnelle ayant le souci du détail, elle est passionnée de communications et de marketing.

Leave a Reply

Laisser un commentaire