Le Grand Montréal : la prochaine cible des acheteurs étrangers? | Blogue LesPAC

Le Grand Montréal : la prochaine cible des acheteurs étrangers?

Encore relativement peu connue des investisseurs étrangers, Montréal devrait attirer davantage d’acheteurs venus de l’extérieur du pays en 2017 en raison de la taxe immobilière de 15 % imposée à Vancouver et à Toronto. Pour l’instant, la forte croissance de l’emploi et le nombre grandissant d’immigrants demeurent les deux principaux facteurs expliquant la vigueur du marché immobilier.

Les conditions du marché immobilier aujourd’hui

Le prix moyen pour une maison unifamiliale dans la région métropolitaine de Montréal s’élève actuellement à 318 000 $, soit trois fois moins cher qu’à Toronto (1,1 million) et cinq fois plus abordable qu’à Vancouver (1,56 million).

Depuis le début de l’année, le prix des maisons est en hausse et le marché connaît un regain de vigueur.

Au deuxième trimestre 2017, la hausse du prix des maisons unifamiliales a atteint 5 % sur la Rive-Nord (267 250 $) et à Vaudreuil-Soulanges (295 000 $) et 7 % sur l’île de Montréal (445 000 $) et sur la Rive-Sud (305 000 $). La croissance du prix médian des maisons à Laval (322 000 $) était quant à elle de 6 %.

Montréal, un marché accueillant pour les acheteurs étrangers

Bien que l’impact des investisseurs étrangers ne soit pas encore significatif sur la demande, la grande région de Montréal profite déjà de l’exode des millionnaires d’Europe, particulièrement de France à la recherche d’opportunités au Canada et d’acheteurs asiatiques refroidis par la taxe imposée en Colombie-Britannique et en Ontario.

Depuis le début de 2017, les acheteurs chinois ont acheté 17 % des propriétés faisant partie du créneau des maisons dites « de luxe », c’est-à-dire se vendant 850 000 $ et plus dans l’île de Montréal. Ils se sont aussi intéressés à des propriétés à vendre du côté de Westmount, Mont-Royal, Dollard-des-Ormeaux, Kirkland et Hampstead.

Ventes au 2e trimestre de 2017

Les propriétés dans les gammes de prix les plus élevées sont demeurées populaires, alors que les ventes réalisées à 500 000 $ et plus ont bondi de 31 % par rapport à la même période en 2016, et celles de 700 000 $ et plus, de 40 %.

Tous les secteurs géographiques ont enregistré une hausse d’activité : Vaudreuil-Soulanges (+27 %) et l’île de Montréal (+12 %), suivis de Laval (+6 %), de la Rive-Sud (+4 %) et de la Rive-Nord (+3 %).

Des hausses particulièrement vigoureuses ont été observées dans les secteurs de Soulanges Sud (+61 %), de Mascouche (+43 %), de Vaudreuil-Dorion (+37 %), de L’Île-des-Sœurs (+36 %) et de Ville-Marie (+36 %).

Conditions du marché et délai de vente

Les conditions du marché de l’unifamiliale favorisent les vendeurs sur l’île de Montréal, sur la Rive-Sud et à Laval, tandis qu’elles sont équilibrées sur la Rive-Nord et dans Vaudreuil-Soulanges.

Pour la copropriété, les conditions sont à l’avantage des acheteurs partout dans la région métropolitaine de Montréal, sauf sur l’île ouest de Montréal où elles sont plutôt équilibrées.

En ce qui a trait aux délais de vente, ils se sont raccourcis dans le cas d’une unifamiliale qui trouve preneur en 83 jours en moyenne.

Pour une copropriété, il faut compter environ 109 jours pour conclure une transaction.

Rendez-vous sur LesPAC Immo en cliquant ici. Bon magasinage !

Source : Fédération des Chambres immobilières du Québec  http://www.fciq.ca/pdf/bar/1599montreal217.pdf

Marie-Claude Veillette

Journaliste généraliste depuis 20 ans, Marie-Claude a travaillé tour à tour à la radio et à la télévision. Professionnelle ayant le souci du détail, elle est passionnée de communications et de marketing.

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire