Lisez ceci avant d’acheter votre véhicule d’hiver! | Blogue LesPAC

Lisez ceci avant d’acheter votre véhicule d’hiver!

Au Québec, le phénomène de « voiture d’hiver » n’est pas rare. Plusieurs automobilistes préfèrent acquérir un véhicule pour affronter les longs mois d’hiver plutôt que d’endommager la belle voiture sport qui dort au chaud dans le garage. Remarquez, il n’est pas obligatoire d’être propriétaire d’une voiture sport – ou de n’importe quel autre bijou équipé de roues – pour arrêter son choix sur une voiture adaptée à notre climat particulier. Plusieurs automobilistes choisissent carrément leur véhicule en fonction des conditions routières plus difficiles en hiver.

Quelle que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez, ce qui importe au final, c’est que vous soyez satisfait de votre acquisition. C’est ce que je répète à tous les gens qui me demandent des conseils automobiles.

Pour faciliter votre magasinage automobile en cette période où les prix des véhicules sont à un niveau inégalé – à cause de la pénurie de semi-conducteurs et des délais occasionnés par la pandémie –, voici quelques conseils pour vous aider dans votre démarche.

La garde au sol est importante

Il faut l’avouer, lorsqu’il y a tempête, nos services de déneigement sont assez efficaces pour enlever cette substance blanche qui recouvre nos routes. Mais, si vous devez sortir en pleine tempête et que l’accumulation de neige est importante, une voiture sport rivée au sol n’ira pas bien loin. Voilà d’ailleurs l’une des raisons qui poussent les consommateurs à acquérir un VUS avec une garde au sol très souvent supérieure à celle d’une voiture. Si vous optez pour une voiture en revanche, assurez-vous d’avoir suffisamment de dégagement sous le véhicule.

Êtes-vous plus VUS/Pickup ou voiture?

En 2021, le marché des véhicules neufs est majoritairement composé de véhicules utilitaires et de camionnettes (Pickup), cette tendance qui a pris beaucoup d’ampleur au fil de la dernière décennie en Amérique du Nord. Il y a donc moins de choix du côté des voitures de type berline ou coupé sport.

Mais, vous n’êtes pas obligés de vous tourner vers un VUS, un multisegment ou même une camionnette pour faire face à l’hiver. Une bonne vieille berline à roues avant motrices peut très bien faire l’affaire, surtout si cette dernière est équipée de bons pneus d’hiver.

Deux ou quatre roues motrices?

Avec la mode utilitaire, le nombre de véhicules disponibles sur le marché avec un rouage intégral a augmenté de manière vertigineuse. La très grande majorité des VUS peuvent être commandés avec un tel système, tandis que d’autres voitures traditionnelles sont également munies d’une traction intégrale à leur sortie de l’usine. D’ailleurs, il existe plusieurs types de systèmes à quatre roues motrices, certains d’entre eux qui sont permanents, tandis que d’autres sont à temps partiel. N’hésitez pas à demander à votre vendeur de quel type de système le véhicule est équipé.

À l’autre bout du spectre, il n’est pas obligatoire de conduire un véhicule à quatre roues motrices au Québec. Une voiture à roues motrices avant peut facilement tirer son épingle du jeu, surtout si elle se contente des chemins asphaltés.

Mentionnons tout de même les véhicules à roues motrices arrière qui, entre les mains de conducteurs novices, peuvent s’avérer problématiques. De grâce, si vous arrêtez votre choix sur un véhicule à deux roues motrices arrière, assurez-vous d’avoir un différentiel à glissement limité. Cette composante, qui s’assure de faire tourner les roues motrices en même temps, améliore grandement la motricité.

Budget limité = voiture fiable

Si votre budget est limité, il est préférable de viser une voiture fiable ou en très bon état mécanique plutôt que d’y aller avec un choix plus performant, mais mal entretenu. Essayez de trouver une voiture au kilométrage plus bas avec un dossier d’entretien le plus complet possible. Ce dernier se vendra peut-être un peu plus cher que la moyenne, mais vous repartirez la tête tranquille.

Vous n’êtes pas convaincu? Faites appel aux services d’un ami mécanicien, d’un inspecteur indépendant ou d’un garage qui n’a aucun lien avec le vendeur particulier ou le concessionnaire. Il est préférable de perdre une centaine de dollars pour une inspection d’un véhicule et éviter d’investir 5 000 $ dans un citron qui vous en coûtera 3 000 $ quelques jours plus tard.

Ne lésinez pas sur la qualité de vos pneus d’hiver

Il est obligatoire d’installer des pneus d’hiver – ou au minimum, homologués pour l’hiver – pour rouler au Québec, et ce, à partir du 1er décembre jusqu’au 15 mars. L’acquisition d’un deuxième train de pneus peut sembler exagérée surtout dans la grande région de Montréal où les accumulations de neige sont moins importantes qu’en Gaspésie par exemple, mais l’efficacité d’une gomme hivernale a été démontrée plus d’une fois. Les pneus d’hiver sont supérieurs à tous les niveaux au niveau de la tenue de route.

Évitez à tout prix les pneus quatre saisons homologués pour l’hiver. Ceux-ci ne sont pas performants quand il fait très froid et ne font guère mieux en été. Quant au modèle de pneu recommandé, disons que les grandes marques connues en Amérique du Nord ont encore une longueur d’avance sur les produits moins connus et très souvent moins chers.

Adaptez votre conduite

Vous avez acheté votre bolide hivernal, la mise au point est faite, les pneus d’hiver sont posés et balancés et vous avez même pris le temps de placer un ensemble de survie dans le coffre de la voiture. Vous êtes fins prêts!

Toutefois, on ne le répètera jamais assez, au début de l’hiver, il faut prendre quelques kilomètres pour retrouver ses repères sur la conduite à adopter sur la chaussée plus glissante. Prenez le temps d’observer comment se comporte votre véhicule, c’est important!

Et si vous manquez de confiance, un cours de conduite hivernale peut vous permettre d’apprendre plusieurs trucs pour éviter de vous retrouver dans le pétrin. Et, soyez avertis, ce genre d’expérience en circuit fermé donne souvent la piqûre!

Pour consulter tous les véhicules disponibles sur LesPAC, cliquez ici.

Vincent Aubé

Ayant étudié en journalisme à l’Université de Montréal, Vincent Aubé a décidé de joindre l’utile à l’agréable en consacrant sa carrière à couvrir tout ce qui a quatre roues et un volant.