Faire l'achat d'une maison centenaire : voici quelques points à considérer! | Blogue LesPAC
maison centenaire

Faire l’achat d’une maison centenaire : voici quelques points à considérer!

L’acquisition d’une maison centenaire a de quoi faire rêver, mais elle peut également être synonyme de désenchantement, surtout si la propriété n’a pas été rénovée ou si les rénovations effectuées au fil des ans n’ont pas été faites dans les règles de l’art. Avant de tomber en amour avec une vieille maison, voici quelques points à considérer pour éviter de perdre vos illusions!

1 – Attendez-vous à quelques imprévus

Toutes les maisons d’un certain âge viennentavec leur lot de mauvaises surprises.

Les maisons centenaires ne sont pas toutes forcément en mauvais état, mais leur âge vénérable demande assurément une inspection approfondie faite par un professionnel qualifié pour ce type de bâtiment.

Si la maison a plus de 100 ans, attendez-vous à des problèmes de structure, de fondation, d’humidité dans le vide sanitaire, de toiture, de plomberie désuète et de système électrique à refaire pour respecter les normes d’aujourd’hui.

Amiante et plomb

Des tests plus poussés, et plus onéreux pourraient aussi être requis pour détecter la présence de certains matériaux jugés dangereux comme de l’amiante dans les murs ou de la peinture au plomb camouflée sous plusieurs couches de peinture.

Nul besoin de vous dire que le retrait de ces matériaux coûte une petite fortune et vous demandera beaucoup de patience et de résilience.

2 – Prévoyez un budget rénovation substantiel

Une maison centenaire requiert rarement de petits travaux!

Comme il s’agit souvent de problèmes majeurs de structure, de fondation, d’isolation, d’électricité et de plomberie, il faut faire affaire avec des spécialistes.

Pour respecter le caractère patrimonial de la maison, des matériaux faits sur mesure sont souvent requis, ce qui fait gonfler la facture, qu’il s’agisse de portes, de fenêtres, de moulures, etc.

Si la maison qui vous intéresse se trouve dans un secteur patrimonial ou si elle est classée comme telle par la municipalité ou le ministère de la Culture et des Communications, il peut également y avoir des restrictions en ce qui a trait aux travaux intérieurs et extérieurs que vous pouvez faire.

Rénover en respectant le cachet d’origine du bâtiment risque donc de vous coûter plus cher que des rénovations plus standards.

3 – Vérifiez les primes associées à la maison avec votre assureur

Peu importe leur état, les assureurs considèrent que les maisons anciennes sont plus à risque que les constructions plus récentes.

Résultat : il est parfois plus difficile, et plus cher, d’assurer une maison ancienne et certains assureurs refusent carrément de les assurer en raison des coûts de reconstruction trop importants.

Le prix de la prime annuelle est basé sur plusieurs facteurs :

  • L’année de construction ;
  • Les coûts de reconstruction « valeur à neuf » ;
  • Les méthodes de construction et le type de matériau utilisé ;
  • L’état de la maison : rénovée avec des matériaux récents, restaurée en utilisant des méthodes de construction anciennes, maison mise aux normes du Code du bâtiment ou non, etc. ;
  • La proximité des bornes d’incendie ;  
  • Le statut légal (citation ou classement) qui doit répondre aux exigences des autorités municipales ou gouvernementales en matière de matériaux et de modifications.

4 – Informez-vous sur les coûts de chauffage

C’est un facteur auquel on ne pense pas d’emblée, mais une maison ancienne, ou centenaire de surcroît, n’est pas aussi performante au niveau énergétique qu’une maison récente, et ce, même si elle a été isolée de l’intérieur.

Informez-vous donc au sujet du coût mensuel de la facture d’électricité avant de faire une offre au risque de dépasser votre budget d’entretien annuel.

5 – Ne vous attendez pas à un retour sur investissement

N’achetez pas une maison centenaire dans le but de la rénover et de faire un profit à la revente.

Les rénovations coûtent trop cher, et ce, sans compter le temps investi pour effectuer les travaux qui s’échelonnent souvent sur des années.

Bref, les gens qui s’investissent dans ce genre de projet le font par amour des vieilles maisons et pour préserver le patrimoine.

Si ces quelques points ne vous font pas peur, lancez-vous!

Malgré toutes les embûches liées à l’achat d’une maison centenaire, vous vous ferez le cadeau d’une maison chargée d’histoire à l’architecture unique.

De plus, contrairement aux constructions modernes, les vieilles maisons souvent installées sur de grands terrains ou dans les vieux quartiers pleins de charme, ce qui n’est pas à négliger!

Découvrez les belles d’autrefois sur LesPAC >>

Marie-Claude Veillette

Journaliste généraliste depuis 20 ans, Marie-Claude a travaillé tour à tour à la radio et à la télévision. Professionnelle ayant le souci du détail, elle est passionnée de communications et de marketing.

Leave a Reply

Laisser un commentaire